ACCEPTER D’ÊTRE IMPARFAITE POUR SON BIEN-ÊTRE MENTAL

ACCEPTER D’ÊTRE IMPARFAITE POUR SON BIEN-ÊTRE MENTAL

17 juillet 2018 0 Par Amy

Bonjour,

Aujourd’hui, je m’adresse aux femmes, mais ce sujet peut aussi être transposé aux hommes vu que nous sommes tous concernés.

J’ai eu l’idée d’écrire cet article après une discussion avec des personnes qui énuméraient les qualités d’une bonne femme, à croire que pour être une bonne femme, il faut être parfaite en tout point (ce qui est complètement impossible, car l’être humain est imparfait). D’après ces femmes, elles faisaient tout ce qu’il fallait et jugeaient celles qui avaient des «failles». Mais bon, heureusement que je sais très bien que malgré ce qu’elles disent, elles ne gèrent pas tout parfaitement, mais c’est juste que c’est inavouable, car mal vu.

On est dans une société où l’on vit constamment sous pression, et la femme encore plus, et j’ai même l’impression que plus on avance dans la vie, plus on a de pressions sur les épaules.

 

Une femme doit :

– être toujours bien apprêtée pour son mari, même si elle reste à la maison,

– avoir un physique au top, même après un accouchement,

– faire tous les jours de bons petits plats pour sa famille,

– avoir une maison toujours bien rangée et propre, même avec des enfants en bas âge qui dérangent tout, toutes les 5 minutes,

– avoir la meilleure organisation possible,

– avoir des enfants toujours bien habillés et propres (si on a un bébé de 6 mois qui bave à longueur de journée, comment on fait?) ; mais attention il ne faut pas qu’ils soient trop bien habillés sinon on est une maman superficielle,

– avoir un bon travail, mais en même temps si elle travaille certains disent qu’elle néglige l’éducation des enfants et que l’argent est sa priorité,

– ne pas prendre de congé parental, car ça voudrait dire qu’elle est fainéante, elle profite du système ou de l’argent du mari, alors que c’est l’un des boulots les plus épuisants,

– avoir des enfants toujours calmes, car si un enfant a un comportement difficile, c’est à cause de la mère (même pour beaucoup de professionnels), certains homme peuvent même rejeter une femme pour ça,

– elle ne doit pas avoir des enfants qui pleurent beaucoup, sinon ça veut dire qu’elle est une mauvaise mère, car elle n’arrive pas à les faire taire,

– elle doit tout faire pour plaire à la belle-famille, mais malgré tout ça beaucoup trouveront qu’elle n’est pas assez bien pour leur fils/frère,

– elle doit réussir à aller au travail, même si bébé a 40°C de fièvre et que nounou ne peut pas le prendre, sinon c’est une mauvaise salariée, pas sérieuse …

Donc en gros, il faut être Superwoman. Sauf que Superwoman à force de trop vouloir être parfaite et de placer la barre trop haut risque stress, frustration de ne pas atteindre la barre, perte de confiance en elle, voire même dépression ou burn-out.

Pour éviter ça, et pour préserver son bien-être mental mais aussi physique (car les 2 sont liés), il faut accepter d’être imparfaite, donc accepter d’être juste un être humain.

Un être humain fait des erreurs, n’arrive pas à faire certaines choses correctement. Il y a même des choses qu’il n’arrivera jamais à faire. Mais heureusement qu’il y a aussi beaucoup de choses qu’il réussit et qu’il fait bien, ce qui en fait une personne formidable malgré ses imperfections.

Après, je ne dis pas que la recherche de perfection est mauvaise. Non pas du tout, car c’est ce qui va nous stimuler et nous pousser à nous améliorer. Je dis juste qu’il faut se rappeler qu’il n’existe pas de personne parfaite et de l’accepter.

 

Les meilleurs moyens pour accepter son imperfection sont : 

  • ne pas trop se comparer aux autres (de toute façon, tout le monde a des défauts),
  • accepter qu’on fait des erreurs et qu’on ne connaît pas tout,
  • regarder aussi ce qu’on fait de bien, le chemin qu’on a parcouru, nos qualités,
  • faire abstraction du jugement des autres, et faire ce qu’on pense être mieux pour nous,
  • et surtout lâcher prise sur ce qu’on ne peut pas changer, et se focaliser sur ce qu’on peut améliorer.

Voilà, en conclusion, une bonne femme, c’est une femme imparfaite, qui peut ne pas savoir cuisiner, qui oublie de vérifier les devoirs de ses enfants parfois, qui peut avoir du mal à s’organiser entre vie privée et vie professionnelle, qui ose prendre du temps pour elle et confie ses enfants, qui peut ne pas avoir envie d’avoir des enfants (ou pas beaucoup), qui n’a pas forcément sa maison rangée H24, qui peut sortir débraillée après s’être levée en retard…